Projet de Maison médicalisée à Sarrancolin


ARPAL soutient ce projet

Arpal soutient ce projet qui n’a pas reçu l’agrément mains d'un anciendes services politico-administratifs compétents. Cette maison intéresse les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Réunir les personnes intéressées, pour définir le soutien à apporter à M.MARQIE, maire de Sarrancolin, en vue de le rencontrer.

Lors de la réunion du C. A. de l’ARPALouron, le vendredi 1er août 2008, il a été décidé la création de « la commission des Aînés », qui s’intéresserait au soutien de maisons de vieillesse, d’établissements spécialisés, d’aide à domicile, au portage de repas, aux relations intergénérationnelles, etc…

Dans ce cadre, le maire de Sarrancolin, M. Marquié, a sur sa commune, un projet de maison médicalisée pour personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, avec 15 lits permanents, plus 3-4 lits pour séjours temporaires, avec un accueil de jour associé. Ce projet a fait l’objet d’une étude approfondie de sa part, mais n’a pas trouvé l’accord des autorités politico-administratives compétentes. M. Marquié est favorable à une action de notre association à définir avec lui.

Cette maison intéresserait les trois cantons des vallées d’Aure et du Louron, en complément à l’établissement de Guchen, qui n’est pas médicalisé. Il est triste, même scandaleux, de constater le désintérêt des autorités pour un tel établissement, quand on connaît le problème que pose cette maladie. On sait en effet qu’à la fin des années 1980 on parlait d’environ 250 000 malades en France ; près de 30 ans après, ce sont 850 000 personnes concernées, et pour 2020, soit dans à peine douze ans, les prévisions parlent de 1,3 million de malades. Ce problème nous concerne tous : actuellement, plus d’un Français sur cent est atteint, pour les personnes de 60 ans, c’est un sur 20, et à 80 ans, c’est un sur 4. Cela veut dire que toutes les familles sont ou seront touchées par ce fléau, au travers d’un proche, et compte tenu de l’allongement de l’espérance de vie ; vous avons une probabilité non négligeable, de faire partie personnellement du lot. Ce n’est pas de l’alarmisme délirant, c’est un risque réel avec toutes ses conséquences de dépendance. Et jusqu’au jour d’aujourd’hui, la science n’a pas trouvé les causes de cette maladie. Toutefois, la recherche médicale fait des progrès intéressants : dans le dépistage, et dans les traitements, en sachant que ceux-ci ne guérissent pas, mais retardent les conséquences du mal.

Toutes celles ou tous ceux qui se sentent concernés par ce problème peuvent prendre contact avec Claude L’Hermite, à Loudervielle, 65240, au 05 62 40 53 08, ou par courriel : claude.l-hermite@orange.fr

Dans un premier temps, nous définirons le soutien à apporter à M. Marquié, en vue de le rencontrer.

Laissez un commentaire